jeudi 25 octobre 2018

La famille Fouillot s’apprête à vendre son bar-PMU

hebergement d'image
La cession serait une question de semaines. La brasserie-PMU d’Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, les parents d’Alexia, vers qui tant de regards se sont tournés, depuis un an, pourrait avoir bientôt un nouveau propriétaire.
À Gray, il est inratable. Un peu plus encore depuis « l’affaire ». Le bar « La terrasse », on le guette toujours du coin de l’œil, une fois lancé sur le rond-point de la place du 4-Septembre. À chaque fois qu’ils passent devant l’établissement, les Graylois se posent la même question : comment font-ils pour tenir ? Pour ouvrir chaque matin et interrompre un sommeil qui venait à peine de débuter. 
« On travaille. On se dit que c’est peut-être mieux que de ruminer tout seul, chez soi. De toute façon, on n’a pas le choix », relatait il y a quelques mois dans nos colonnes Isabelle Fouillot. « On s’épuise au bar, peut-être pour ne pas sombrer », ajoutait son époux Jean-Pierre. « Il faut reconnaître que ça a été difficile, surtout pour mon épouse, de travailler tous les jours dans ce contexte », a-t-il indiqué le week-end dernier.

La vente ? « Rien à voir avec les événements »

La fin d’une aventure, l’affaire d’une vie, s’amorce pour cet ancien ouvrier de Thomson. « La vente de notre commerce, qui est en cours, c’est l’aboutissement de notre travail mais ça n’a rien à voir avec les événements », expliquait-il dimanche sur BFMTV.
Dans quelques semaines, peut-être dès cet hiver, les clés du bar pourraient être confiées à Stéphane Moreau (39 ans). Natif de Vesoul, cet ancien militaire accomplirait une sorte de retour aux sources. « Ma mère tenait le bar Le Domino, puis celui des Grands Moulins – juste à côté du PMU – dont elle est toujours propriétaire ». « On s’est mis d’accord sur certains points, mais aucun compromis de vente n’a été signé. Isabelle et Jean-Pierre Fouillot n’étaient pas pressés de vendre, c’est le contraire. L’idée est de ne rien changer. »
Symboliquement, pourtant, beaucoup de choses changeront dans ce lieu presque sacralisé. « Votre silence est le plus beau des hommages. Merci de respecter notre sérénité », ont écrit au-dessus du bar les parents d’Alexia, après le drame. « On est toujours au boulot. On voudrait juste être plus loin dans le temps, bien plus loin, même… Jusqu’au procès, pour respirer enfin », confient-ils aujourd’hui.


Aucun commentaire: